Localisation :  
Recherche :

Courçais

Eglise Saint Marien

De l’édifice initial, il ne reste que le clocher carré du XIVe siècle qui abrite encore 2 cloches anciennes, celle provenant de Mesples est datée de 1707 et l’autre de 1714. L’église actuelle date du XIXe siècle et au dessus du porche d’entrée roman de transition gothique, plusieurs blasons d’importantes familles de la région sont visibles : la famille Mauvoisin (écusson d’azur à deux lions) et la famille de Loüan (écusson d’azur au chevron d’or). À l’intérieur, se trouvent une statue de l’ermite local, saint Marien, et une autre du XVIIe en bois polychrome représentant une Vierge au serpent.

Entré par mariage dans la famille Mauvoisin, Denis de Loüan, a 17 enfants dont 6 meurent à la bataille de Fleurus et un autre plus tard des blessures reçues à cette même bataille. Pour perpétuer et honorer le courage de ses fils, Louis XIV lui offre une riche tapisserie.
Des souterrains servaient communément de refuge dans toute la région lors des invasions et des pillages. Ainsi, un souterrain-refuge est découvert en bon état en 1950 sur la commune. La galerie d’accès forme un couloir de 1 m 40 de haut. Elle communique avec un autre couloir par une sorte de chatière circulaire située à 50 cm du sol. La galerie aboutit dans une grande salle au sol en terre battue où sont alignés le long de la paroi des bancs de pierre ou de terre. Des niches dans les murs sont encore enduites du noir de fumée. Une cheminée assure l’aération et un rocher en ferme l’entrée. Par superstition ou pragmatisme, beaucoup de ces souterrains refuges ont été bouchés.

Jusqu’à la dernière guerre, la campagne de Courçais et de Saint Désiré était recouverte de châtaigniers séculaires le long des haies, aux carrefours et dans les bosquets. Ils fournissaient outre un bois précieux pour les charpentes, une nourriture solide et précieuse l’hiver. Ils ont été décimés par la maladie, la vieillesse et l’homme.

Le château le plus important de la commune est celui du château de Mauvoisin. Le 1er seigneur connu est cité en 1060 et le château reste plus de 9 siècles dans la même famille, fait très rare. Composé initialement de 3 grands corps de logis reliés par 3 tours et d’un grand donjon, il est pris et en partie détruit lors des guerres de religion en 1594. La dernière tentative de restauration date de 1815 mais est abandonnée. Le château tombe alors progressivement en ruines.

Communauté de Communes du Pays d’Huriel - 6 rue des Calaubys - 03380 HURIEL
Tél. 04 70 28 60 22 - Fax : 04 70 28 64 62
CCPH © 2012 - Tous droits réservés - Création Souris Kiclic